💡D’où vient le terme « écriture inclusive », utilisé sur tous les tons dans le débat public français ces quatre dernières années ❓

Chercheuse en sciences du langage, Julie Abbou s’est posée une question toute simple : d’où vient le terme « Ã©criture inclusive Â», utilisé sur tous les tons dans le débat public français ces quatre dernières années ? 

« Depuis le milieu du XXe siècle, rappelle la directrice de la revue GLAD !, des militantes féministes ont proposé des pratiques discursives pour que le genre féminin soit mieux représenté. Mais beaucoup parlaient alors de “neutralité de genre”, de “langage non sexiste” ou encore “épicène”. Â»

L’expression « Ã©criture inclusive Â», elle, fait une percée spectaculaire en France en 2017, avec la publication du manuel scolaire Questionner le monde, du groupe Hatier, utilisant des points médians comme dans « cher·es ami·es Â». Néanmoins, l’appellation existait déjà depuis au moins un an : en septembre 2016, le fondateur de l’agence de communication Mots-clés, Raphaël Haddad, publie un manuel dit Â« d’écriture inclusive Â». Il s’approprie même la marque en la déposant à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI).

 L’écriture inclusive s’est immiscée dans le débat public en novembre 2015, lors de la publication par le Haut Conseil à l’égalité (HCE) d’un guide pratique, «Pour une communication publique sans stéréotype de sexe».

Ce nouveau type d’écriture ambitionne de réformer l’orthographe afin de bannir la supposée suprématie du masculin sur le féminin dans la société, dont la grammaire serait le miroir. Ce système linguistique s’articule autour d’une méthodologie précise.

⚫ Le point médian

Il a été inventé pour permettre à un mot d’être à la fois masculin et féminin. «Point médian», «point milieu», ou «point d’altérité», selon les versions, il est central dans le petit monde de l’écriture inclusive.

Ses sectateurs l’emploient pour instaurer ostensiblement un équilibre entre le masculin et le féminin. Les «étudiants», «professeurs», et «citoyens» deviennent «étudiant·e·s», «professeur·e·s» et «citoyen·ne·s». À ne pas confondre avec le point final, le point est dit médian parce qu’il se situe au milieu du mot.

Découvrez la suite de cette article :

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/ecriture-inclusive-mode-d-emploi-d-une-lubie-20210223

L’écriture inclusive n’a jamais autant divisé et torture bon nombre de recruteurs dans le cadre de leur communication.

ET VOUS ?

Quelle importance accordez-vous à l’écriture inclusive ?

#écritureinclusive #langageinclusif #job #exculivewriting #travailleurse #HIREHR #Camus #follow #suivezmoi #actualité #languefrançaise #lafontaine #larousse #beycherelle

#lemonde #lesechos #lefigaro

Par Grégory SAUTERET | Marketing Manager & Recruteur | HIRE