La grille des salaires d’un cadre dans le secteur du multimédia en 2016

Si l’importance du multimédia dans la majorité des secteurs économiques n’est plus à démontrer, il est à noter que les métiers dans ce domaine ne cessent d’évoluer.

L’informatique, l’audiovisuel, l’électronique et les télécommunications restent un socle commun parmi les technologies utilisées, mais la création de nouveaux produits ont fait émerger dans cette sphère, des spécificités telles que les arts graphiques, la vidéo, la musique….
C’est ainsi que sont venus se joindre au ballet formé par les infographistes, les développeurs informatiques ou encore les web-designers, des animateurs 3D, des monteurs vidéo ou des auteurs d’images virtuelles…
La vulgarisation des produits et services multimédia via les téléphones portables, les GPS, les ordinateurs, les montres… Tous les objets du quotidien de tout un chacun, ouvrent des perspectives à des profils de plus en plus spécialisés. Les métiers du multimédia ont donc encore un bel avenir devant eux.

Quelles sont les perspectives en termes de rémunération ?

Lorsque l’on se trouve à la case « recherche emploi », qu’il s’agisse d’un premier poste ou d’une continuité dans sa carrière, on vise bien sûr « le poste » qui nous correspond, mais également une rémunération attractive.
S’opposent alors bien souvent le choix d’intégrer une équipe au sein d’une entreprise et d’en être salarié, ou la possibilité de travailler en indépendance totale et de choisir ses différentes missions en étant « freelance ».
Si l’on prend l’exemple d’un développeur multimédia salarié, Bac +5 avec idéalement un diplôme d’Ecole d’Ingénieur ou d’Ecole de Commerce (spécialité communication, multimédia, marketing), un débutant percevra un salaire annuel brut de 27 000 € environ.
Un développeur expérimenté quant à lui, verra sa rémunération passer à 40 000 € par an environ.
En parallèle, un travailleur indépendant pour lequel il est important de préciser que la « recherche emploi » est permanente puisqu’il appartient à lui seul de trouver ses clients, va facturer son heure de travail en moyenne entre 300 € et 500 € la journée. A noter que c’est lui qui paye ses charges.
La différence de gains peut donc être conséquente. C’est à chacun d’identifier ses capacités à travailler seul ou de préférer jouer « la sécurité » en optant pour un poste salarié.

Projection des offres de carrière d’ici à 2020

Selon les données du gouvernement, le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication donneront lieu à de multiples créations de postes. Avec l’essor du multimédia et des activités audiovisuelles, le taux de création nette pourrait avoisiner 1.5% par an.